Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu
Économie / Emploi

Recherche et innovation

Rester compétitif, c'est savoir innover !

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Une algue au service de la science médicale

Une algue au service de la science médicale en Région Auvergne

Situé dans le Bioparc de Vichy-Hauterive (Allier), le laboratoire Sétubio, spécialisé dans la valorisation de la biodiversité, vient d’obtenir un brevet d’application sur un extrait d’une microalgue. L’algue millénaire aurait des propriétés curatives en dermatologie et pourrait, dans le futur, entrer dans la composition d’antibiotiques.

Cette algue, appartenant à la famille des cyanobactéries appelées autrefois algues bleu-vert, fait partie des plus vieux organismes vivant sur terre, elle est en effet apparue il y a 3,8 milliards d’années et pour certains scientifiques serait même à l’origine de la vie, grâce à son activité de photosynthèse responsable de la Grande oxydation : l’enrichissement en oxygène de l’atmosphère il y a près de 2,5 milliards d’années.

S’étant fixées en colonies, les algues ont également produit du calcaire qui a contribué à désacidifier les océans, faisant place à d’autres formes de vie.

Son piment bleu, le cyan, confère à cet organisme des propriétés médicinales. On connaît déjà les vertus thérapeutiques des bains de boue qui seraient dues à cette algue présente dans le limon.

À Vichy, e travail de recherche du laboratoire Sétubio sur les cyanobactéries, s’inscrit dans le programme Algohub lancé en 2008 par l’entreprise Roquette (Pas-de-Calais), groupe français de dimension internationale, spécialisé dans la transformation des matières premières végétales et qui aspire à devenir le leader européen des algues hors carburants. Pour ce programme, 14 partenaires ont participé aux recherches.

Une algue au service de la science médicale en Région Auvergne

Sétubio a référencé les principes actifs des algues, ainsi que les parties du corps sur lesquelles ils agissent. 400.000 € ont été investis sur 4 ans pour un résultat concluant.

Le laboratoire Sétubio a déjà mis au point une crème pour les patients présentant des séquelles dermatologiques, suite à des séances de chimiothérapie. Ce nouvel extrait végétal pourrait ouvrir la voie à une autre gamme de crème réparatrice.

La recherche auvergnate est une nouvelle fois valorisée  grâce à la compétence de chercheurs en laboratoire pharmaceutique, orientés sur l’étude des plantes et épices.

Le laboratoire  Sétubio a reçu en 2013 une subvention de 172.900 € dans le cadre du Fonds d’Investissement Auvergne Durable (FIAD).

Pour plus d’informations : www.setubio.com

Vidéo associée

Ajouter à mes favoris

Médiathèque de la Région Auvergne

Vos démarches en ligne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche