Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Brioude, près de 2000 ans d’histoire !

Située dans le Brivadois la ville de Brioude, qui compte 7.000 habitants, est l’une des deux sous-préfectures du département de la Haute-Loire, dont le bâtiment administratif actuel fut construit en 1827.

Une présence gallo-romaine importante est attestée par des fouilles archéologiques. La ville fut bâtie autour du culte de Saint-Julien, martyr mis à mort lors des persécutions ordonnées par l’empereur Doclétien au IVe siècle. Le pèlerinage dédié à Saint-Julien connaîtra un attrait important et ne sera éclipsé que par celui de Saint-Jacques de Compostelle, dont Brioude deviendra une étape sur la Via Arverna. Dans les « Sept livres des Miracles » de Grégoire de Tours, un livre est consacré aux « Miracles de Saint-Julien de Brioude ».

Basilique Saint-Julien de Brioude en Haute-Loire
Intérieur de la Basilique Saint-Julien de Brioude

D’une visite impériale en visites royales

En 455,  l'Empereur romain Flavius Eparchus Avitus, beau-père de Sidoine Apollinaire, visita Brioude. Il serait enterré près du tombeau de Saint-Julien. A noter qu'il est le seul empereur romain inhumé en Gaule.

La première mention "Brivas" datée de 465, apparaît dans les poèmes de Sidoine Apollinaire. Son étymologie d'origine gauloise *briva-ti- (qui possède un pont) donnera Brioude en français.

L’an 1060 voit le début de la construction de l'Eglise Saint-Julien sur l'emplacement d'une église antérieure, un sanctuaire du IVe siècle dédié à Saint-Julien. L’édification de l’église se fera en plusieurs étapes, jusqu’à la seconde moitié du XIIIe siècle avec la construction des voûtes d’ogives. La basilique Saint-Julien de Brioude est la plus vaste église romane d’Auvergne.

En 1138-1139,  Louis VII entre dans Brioude, pour porter assistance à l'Eglise aux prises avec les notables locaux.

De retour de Terre Sainte, Saint-Louis s’arrêtera à Brioude en 1254.

Philippe le Hardi, lors de sa (probable) visite à Brioude en 1282, refusa aux brivadois le droit de se constituer en commune, ce qui permettait aux habitants de l’époque de jouir d’une certaine indépendance.

Une nouvelle ordonnance royale de 1374 fut édictée pour les travaux de fortification. La première enceinte de la ville datait des IXe et Xe siècles.  Les remparts seront par la suite  vendus aux enchères en 1739.

En 1380, le chef des armées, le Connétable Bertrand Du Guesclin vint débarrasser la ville de ses routiers, ces compagnies de mercenaires qui vivaient au détriment des populations. D’ailleurs, cette expédition s’inscrivait dans son programme de batailles qu’il mènera contre ces hordes détrousseuses, en Auvergne et dans le Massif Central.

D’autres souverains du royaume, se rendant au Puy-en-Velay, firent probablement une halte à Brioude : Charles VII,  en 1420 et  1434, Louis XI en 1475 en François 1er en 1533.

Beaucoup de bâtiments modernes furent construits en lieu et place d’édifices très anciens, c’est notamment le cas du monastère Saint Joseph fondé en 1644 sur l’emplacement du château fort des Dauphins d’Auvergne et qui fera place à l’Hôtel de Ville actuel, construit en 1794. Il en est de même pour le Couvent de la Visitation construit en 1658 et remplacé par l’hôpital.

Un personnage important de l’Ancien Régime, le futur cardinal et homme de lettres François-Joachim de Bernis (1715 – 1794) devint chanoine de Brioude, avant de devenir un personnage politique influent sous les règnes de Louis XV et Louis XVI.

Une ville riche en architecture classique, à découvrir aux détours des rues

La Basilique Saint-Julien, construite entre le XIe et le XIIIe siècle. A noter que les vitraux contemporains sont l’œuvre du Père et peintre coréen Kim En Joong. Ils ont été réalisés en 2007 – 2008.

La Halle aux Blés construite en 1860. Suite à son éboulement, une nouvelle Halle aux Grains voit le jour en 1887. La Halle aux Grains est aujourd’hui une salle culturelle, accueillant des spectacles et des concerts.

Le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) situé  dans l’ancienne église Notre-Dame, au cœur du quartier historique de la ville, propose la découverte des peintures murales du Haut-Allier. Exposition permanente gratuite. Tél. : 04.71.74.97.49.

Le contrebandier isérois Louis Mandrin s’arrêta à Brioude en 1754 et plus précisément dans la maison moyenâgeuse qui porte son nom. Devenue salle d’exposition en 1990, la Maison de Mandrin, outre des expositions de peintures, sculptures et photographies, s’investit dans les manifestations culturelles de la ville, comme la biennale d’aquarelle.  Tél. 09.62.01.44.45.

Sur 4 étages, l’Hôtel de la Dentelle propose aux amateurs de broderie, de découvrir des pièces de dentelles dont certaines ont plus de 150 ans. Tél. : 04.71.74.80.02. L’Hôtel de la Dentelle est situé dans un bâtiment du XVe siècle.

La Fontaine Saint-Julien date du XIIe siècle. Ses chapiteaux, plus anciens, remonteraient au Xe siècle.

La Maison du Saumon et de la Rivière.  800 poissons issus de 35 espèces locales (truites, ombres, silures…) évoluent dans des aquariums.

Certains bâtiments historiques ne sont pas ouverts à la visite mais peuvent être admirés de l’extérieur.

C’est le cas de la Maison romane, datant des XIIe, XIIIe et XVIe siècles.

L’Hôtel Tabart est un bâtiment des XVIIe et XVIIIe siècle, avec une cage d’escalier à loggias dont la structure en bois-pierre est très bien conservée.

L’Hôtel Talayrat, bâtiment érigé au XVIIe siècle.

L’Hôtel de Rochely, édifiée au XVIIIe siècle

La Maison du Doyenné, qui abrite au rez-de-chaussée l’Office de Tourisme, est un bâtiment des XIIIe, XIVe et XVIIIe siècles. La salle du 1er étage, malheureusement fermée au public, abrite un plafond à poutres peintes… Une ville pleine de charme et d’histoire.

Vue de Brioude en Haute-Loire

Plus d’informations sur : www.brioude.fr

 

Comité Régional de Développement Touristique d'Auvergne et Joël Damase (Basilique Saint-Julien de Brioude)
Comité Régional de Développement Touristique d'Auvergne et Luc Olivier (Intérieur de la Basilique)
Jean-Michel Périn, Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP, 2012 (vue de Brioude)

 

Lire également :

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche