Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Moulins, ville d’art et d’histoire

Moulins (Allier) tire son nom des nombreux meuniers qui exerçaient dans la ville.

Yzeure avant Moulins

Les archives mentionnent Moulins dès l’an 990, mais l’emplacement actuel de la ville était encore inhabité, seul le village d’Yzeure l’était et possédait une église et un prieuré Saint-Pierre. Des fours de potiers datant du IIe siècle, ont été retrouvés à Saint-Bonnet sur la commune d’Yzeure. Des statuettes gallo-romaines en argile ainsi qu’un petit four, ont été découverts en 1827. Sur cette même commune, des fouilles entreprises en 1851, révélèrent l’existence d’une station thermale avec revêtement de marbre et articles de toilettes. Tout cela prouve une activité importante, mais en bordure du futur Moulins.

Moulins dans l'Allier en Région Auvergne
Vue de Moulins (Photo : Comité Régional de Développement Touristique d'Auvergne & Emmanuel Lattes)

1327, l’année marquante

La mention de Moulins en 990 sur l’acte authentique de donation de la chapelle Saint-Pierre (détruite depuis) à l’abbaye de Cluny, signe la naissance de ce qui deviendra la capitale du duché des Bourbons. Cependant la rivalité entre Yzeure et Moulins, perdurera jusqu’en 1327, quand la seigneurie du Bourbonnais est érigée en duché par le roi de France Charles IV le Bel, avec à sa tête Louis 1er, duc de Bourbon.

A partir de cette date et jusqu’en 1531, Moulins va occuper une place importante en accueillant notamment l’administration ducale à la fin XIVe siècle. En 1232, Moulins avait déjà  bénéficié d’une charte de franchise accordée par Archambaud VIII, Sire de Bourbon, générant d’appréciables retombées économiques et démographiques.

C’est Louis II, petit-fils de Louis 1er, qui transformera Moulins au cours de son règne de 54 ans (1356 – 1410)  en agrandissant le château ducal et en faisant construite le donjon de la Mal-Coiffée. Il créera également une Chambre des comptes et érigera la chapelle ducale en collégiale.

Louis II fut très sensible aux sorts de moulinois. Parmi ses actions de mécénat, il faut citer l’aide financière octroyée chaque année à un enfant défavorisé de la ville pour son éducation et la création de l’hôpital Saint-Nicolas destiné aux anciens serviteurs et hommes d’armes.

L’apogée de Moulins se situe à l’avènement de Pierre de Beaujeu duc de Bourbon, qui épouse en 1474 la fille de Louis XI, Anne de France qui devint régente pendant la minorité de son frère, le futur roi Charles VIII et tint à Moulins une cour quasi royale. Anne de Beaujeu, dont le nom est indissociable de la ville de Moulins, meurt en 1522 et est inhumée à Souvigny (Allier).

Charles III, Connétable de Bourbon fut un autre personnage important de Moulins. Cousin et gendre d’Anne de Beaujeu, il passa au service de Charles Quint suite aux manœuvres entreprises par Louise de Savoie mère de François 1er,  pour s’approprier le duché de Bourbon. Son procès pour trahison commença en 1527 et s’acheva en 1531 par la confiscation de tous ses biens au profit de la Couronne. La ville de Moulins est alors déchue de son statut de capitale.

Le rattachement du duché du Bourbonnais à la Couronne de France en 1532, fait de Moulins le siège de ce nouveau territoire érigé par la suite en généralité, mais en supprime l’appellation de capitale du Bourbonnais.

Par la suite, la ville continue de se développer et de se transformer avec, dès 1680, le remplacement de l’enceinte médiévale par des allées arborées et la construction de boulevards extérieurs. Dès 1750, les crues récurrentes de l’Allier sont contenues grâce aux travaux de l’ingénieur Guy de Régemortes.

Parmi d’autres personnages célèbres qui entrent dans l’histoire de Moulins, on citera Louise de Lorraine, l’épouse d’Henri III, qui se retira à Moulins après l’assassinat du roi et y mourut en 1601… et plus près de nous Gabrielle Chanel, pas encore devenue Coco, qui passa six  années à Moulins, de 1900 à 1906.

Des monuments témoignent de ce passé riche et glorieux

L’appellation Ville d’art et d’histoire n’est pas usurpée. En visitant la ville, on peut faire un arrêt sur l’histoire des édifices et personnages éminents qui ont façonné la ville actuelle.

  • Le Jacquemart ou la tour horloge (à automate) de Moulins a été érigé en centre-ville en 1455 à l’initiative de Jean II de Bourbon.
  • La maison Thierry de Clèves est un témoignage des demeures nobiliaires du XVe siècle. Thierry de Clèves était le barbier et chirurgien de Jean II de Bourbon. Le bâtiment a été restauré dans les années 1980 et divisé en logements.
  • La cour d’Anne de Beaujeu avait attiré de nombreux artistes français et  étrangers dont le Maître de Moulins, qui vers 1500 a peint son célèbre triptyque. Cette peinture est exposée dans la cathédrale de Moulins, autre joyau architectural bâti sur les ruines d’une chapelle du Xe siècle. La construction de l’édifice débuta à la fin du Moyen-Age et s’acheva en 1550.
  • Le musée Anne-de-Beaujeu  abrite un fonds archéologique et des collections de peintures et de sculptures du XVe au XIXe siècle. Un premier musée avait vu le jour en 1795 dans la chapelle de la Visitation et avait fermé en 1834. Un second avait ouvert en 1863 dans les bâtiments du Palais de Justice. L’installation actuelle dans le Pavillon Renaissance des ducs de Bourbon date de 1910.
  • La Maison Mantin, construite en 1896 sur des ruines du château ducal, est due à l’originalité de Louis Mantin, riche propriétaire des lieux qui souhaitait que sa demeure fût le témoin de la vie bourgeoise au XIXe siècle. Selon le souhait de Louis Mantin, le musée a ouvert au public 5 ans après sa mort, le 05 juin 1910. La Maison Mantin est accolée au Musée Anne-de-Beaujeu.
  • L’Hôtel Demoret, construit en 1440, accueille Citévolution, le Centre d’interprétation de l’Architecture et du Patrimoine de Moulins.
  • Le Musée de l’Illustration Jeunesse installé dans l’Hôtel de Mora, un hôtel particulier du XVIIIe siècle, abrite depuis 2005 plus de 3.400 planches originales et 11.500 albums illustrés et ouvrages d’analyse de l’illustration jeunesse.

Musée de l'Illustration Jeunesse de Moulins dans l'Allier
Musée de l'Illustration Jeunesse de Moulins

  • Le musée de la Visitation expose depuis 1992 le patrimoine artistique de monastères de la Visitation du monde entier. Plus de 10.000 objets d’art, du XVe siècle à nos jours peuvent ainsi être découverts par le public.
  • Le Centre National du Costume de Scène (CNCS) situé dans le quartier Villars et construit dans une partie des bâtiments de cavalerie datant du XVIIIe siècle a ouvert en 2006. Costumes de théâtre, expositions thématiques et Espace consacré au danseur Rudolph Noureev, viennent enrichir le patrimoine culturel de la ville.

Moulins est la seule ville d’Auvergne à avoir obtenu en 1997 le label Ville d’art et d’histoire, décerné par le Ministère de la Culture. Cette reconnaissance culturelle  a été reconduite jusqu’en 2024. La convention pour les dix ans à venir a été signée à l‘Hôtel de Ville le 21 novembre 2014.

Actuellement, 115 villes françaises bénéficient de ce label.

Informations : www.ville-moulins.fr

Lire également :

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche