Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

Nadège Rabiau

C’est pendant sa thèse que Nadège Rabiau est sensibilisée à la création d’entreprise. Depuis, cette jeune porteur de projet bénéficie de l’accompagnement de l’incubateur d’entreprises innovantes BUSI et espère prochainement monter sa société : Oncodiag.

 

Nadège Rabiau aime les challenges. Toute petite déjà, elle se fixe des objectifs et fait tout pour les atteindre, dans la vie comme à l’école. À l’école justement, ce que Nadège préfère, ce sont les sciences. Dès la 6ème, la jeune fille se passionne pour les cours de biologie. C’est donc presque naturellement qu’elle suit un parcours scientifique. Son bac S en poche, elle obtient un Deug de Sciences de la vie, décroche ensuite un diplôme d’ingénieur en génie biologie à Polytech’Clermont, avant de passer un doctorat.

Alors que les autres étudiants optent pour la voie classique, Nadège décide d’effectuer sa thèse en collaboration avec un laboratoire et une entreprise.

Une thèse tournée vers l’entreprise

Pendant 3 ans, la chercheure découvre un panel de 16 gènes qui permettent d’estimer l’agressivité du cancer de la prostate. C’est la « signature moléculaire », son thème d’exposé. Mais avant d’obtenir son doctorat, Nadège doit choisir et valider des modules. Parmi eux, elle retient celui sur la création d’entreprise. Pour l’avoir, les étudiants sont chargés de préparer un concours factice et de présenter un projet devant une commission afin d’obtenir des financements.

Nadège a une idée : commercialiser un kit de pronostic du cancer de la prostate, pour « aider le praticien à orienter la thérapie pour son patient » dit-elle. Avec son groupe de travail, elle planche sur son projet et remporte le concours. Mais ce qu’elle ignore, c’est que dans le jury se cachent des membres de l’incubateur BUSI (BUSI incubateur d’Auvergne, qui intervient pour les projets de création d’entreprises innovantes s’inscrivant dans des axes d’excellence), qui détectent un potentiel.

Un projet au-delà de la faculté

Nadège suit alors une formation sur la création d’entreprise. En mars 2010, elle soutient sa thèse et rejoint l’incubateur. En avril, elle remporte le Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes dans la catégorie «émergence », ce qui lui permet d’obtenir des financements.

Bien que seule sur son projet, Nadège continue aujourd’hui de se faire conseiller par l’incubateur. « Être le 100ème porteur de projet aidé par BUSI, c’est rassurant. Cela prouve qu’il a de l’expérience. D’ailleurs, 83 % des entreprises créées avec lui sont pérennes à 5 ans. C’est un bon coup de pouce », explique-t-elle.

Et pour l’avenir ?

Oncodiag n’existe pas encore officiellement. L’entreprise de Nadège devrait être créée en 2012. Celle qui aime les challenges s’est fixé pour objectif de passer cette année-là, le Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes, mais cette fois-ci dans la catégorie « création-développement ». Et elle compte bien l’obtenir. Quant aux kits de pronostic, ils pourraient être commercialisés d’ici sept ans.

BUSI en quelques mots

Créé en 1999, l’incubateur BUSI accompagne et conseille les porteurs de projet, dans les domaines des sciences de la vie et des technologies de l’information et de la communication. Business plan, droit des affaires, aide au montage des dossiers de financement, réseau… L’incubateur aide les futurs créateurs d’entreprise à valider leur idée et à consolider leur projet grâce à un accompagnement personnalisé.

Depuis sa création, BUSI a accompagné 100 projets et a vu naître 60 entreprises. Au total, 257 emplois ont été créés.

Les 10 derniers témoignages

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche