Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Riom le Beau

Située entre la chaîne des Puys et la plaine de la Limagne, Riom, l’une des quatre sous-préfectures du Puy-de-Dôme, aurait été peuplée bien avant l’ère chrétienne. Des objets, haches polies et autres outils retrouvés lors de fouilles archéologiques, ainsi que la présence de mégalithes, attesterait de son peuplement dès le néolithique.

Les fouilles ont également révélé une présence gallo-romaine importante avec la découverte de monnaies romaines, vases, tessons de poteries. A cette époque le bourg aurait été un carrefour commercial sur la voie romaine reliant  Augustonemetum (Clermont-Ferrand) à Néris (les Bains) dans l’actuel département de l’Allier.

Dès l’époque mérovingienne, Riom devint le siège d’une vicairie, circonscription administrative avec prérogative fiscale et judiciaire.

Le pèlerinage dédié à Saint-Amable et la fondation au VIIe siècle, tout près de la ville, de l’abbaye de Mozac, qui devint aux siècles suivants un vaste monastère, contribua au développement de la cité.

Le rattachement à la Couronne

En conflit avec l’évêque de Clermont, Guy II Comte d’Auvergne qui possédait, entre autres, les terres riomoises, se réfugia en 1212 dans la cité assiégée par l’armée royale. Après sa capitulation, les possessions du comte sont rattachées à la Couronne de France par le roi Philippe Auguste en 1213. Riom en devient la capitale.

Ce rattachement sous le nom de Terre d’Auvergne ouvre des perspectives d’expansion. Riom devient un centre administratif et judiciaire sous l’autorité du connétable Guy de Dampierre. En 1241, la Terre d’Auvergne est donnée en apanage à Alphonse de Poitiers, frère du roi Louis IX. C’est à cette époque que la ville commence à se transformer avec, notamment, la démolition de l’enceinte primitive faisant place à la construction d’une enceinte fortifiée et l’édification de nouveaux quartiers.

L’économie se développa grâce aux corporations d’artisans et de commerçants. Une « liberté municipale » fut accordée à la ville en reconnaissance de subsides versés à l’armée d’Alphonse de Poitiers. A la mort d’Alphonse, la Terre d’Auvergne revint à son neveu, le roi Philippe III Le Hardi. Dès la fin du XIIIe siècle, Riom prit une grande importance ; au milieu du XIVe siècle, la ville faisait partie des 13 Bonnes Villes d’Auvergne représentées aux États provinciaux.

Riom dans le Puy-de-Dôme

Une ville ducale et l’embellissement de la ville

La Terre d’Auvergne devient duché en 1360, quand le roi Jean II le Bon donne le Berry et l’Auvergne à son fils Jean (de Berry). Le duc s’entourera d’une cour somptueuse et donnera à Riom ses plus beaux édifices, comme la Tour de l’Horloge, un Palais ducal, une Sainte-Chapelle, classée « Monument Historique » dès 1840, des hôtels particuliers… La cité embellie, attire des seigneurs et riches bourgeois qui y élisent domicile.

A la mort de Jean de Berry en 1416, les terres riomoises sont données en apanage à la famille de Bourbon. Après la félonie de Charles III de Bourbon ayant rallié Charles Quint en 1523, les possessions du Connétable de Bourbon qui s’étendaient au Nord du Massif central furent confisquées et définitivement rattachées à la Couronne de France en 1531. Riom devint alors une ville royale et le siège principal des juridictions du roi. Cette période correspond également à l’apogée de la ville qui devient, en 1551, le siège d’une des seize généralités qui divise alors le royaume avec un Bureau des Finances et 33 hauts fonctionnaires. En 1552, est installé un Présidial (tribunal d’appel) et la ville est dotée en 1556, d’un Hôtel des Monnaies aux compétences juridictionnelles qui s’étendaient au-delà de l’Auvergne.

Peu touchée par les Guerres de Religion, Riom, bien que ville catholique, devint un bastion armé de la Ligue, ce qui lui fit perdre plusieurs prérogatives administratives et judiciaires.

Aux siècles suivants, l’embellissement de la ville se poursuivit par la construction d’hôtels comme l’hôtel Dufraisse du Cheix, devenu le musée Mandet, l’hôtel de Jenzat… et l’installation de plus de 60 fontaines, décorées pour la plupart. Les remparts sont démolis en 1639 et peu à peu, la ville prend sa configuration actuelle.

A la Révolution française, Riom est dépossédée de ses attributions administratives. En 1790, Clermont devient chef-lieu de département, Riom ne conservant l’année suivante qu’un district et un tribunal criminel. En 1804 est créée la Cour d’appel, c’est également l’année où Riom devient une sous-préfecture. En 1862, l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie inaugurent officiellement le Palais de Justice.

La ville intra-muros compte un peu plus de 18.400 habitants. Son économie s’est développée dans des zones d’activités avec le parc Européen d’Entreprises, la Zone des Portes de Riom où de nombreuses entreprises se sont implantées. Des pôles commerciaux contribuent également au développement économique de la ville.

Riom dans le Puy-de-Dôme

Une immersion dans la ville historique

Classée Ville d’Art en 1975, Riom est devenue Ville d’Art et d’Histoire en 1985 et Pays d’Art et d’Histoire en 2005. C’est également une ville à secteur sauvegardé depuis 1967. Toutes ces récompenses prouvent l’engagement intensif d’une politique de rénovation et de protection du patrimoine.

Les visiteurs pourront s’attarder sur les principaux monuments de la ville : la basilique Saint-Amable, la Sainte-Chapelle et la Tour de l’Horloge, le Collège de l’Oratoire, de nombreux hôtels particuliers comme l’Hôtel Guimoneau, l’Hôtel Grangier de Cordès, l’Hôtel des Consuls ou l’Hôtel de Ville. De nombreuses maisons possédant des portes gothiques, escaliers en pierre ou pans de bois, présentent un intérêt architectural majeur. Les fontaines décorées sont aussi des atouts touristiques de la ville.

Le Musée Mandet, installé dans deux hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècles, exposent des peintures flamandes et hollandaises du XVIIe siècle, ainsi que des tableaux de l’école françaises des XVIII et XIXe siècles. Des objets d’art décoratifs, des objets d’art de l’Antiquité, des sculptures du Moyen-Age et un mobilier de l’Ancien régime, viennent compléter l’agencement du musée.

Le musée accueille également des expositions temporaires (plus d’informations au : 04.73.38.18.53. Site : www.riom-communaute.fr)

A travers 4.000 objets, le Musée régional d’Auvergne, labellisé Musée de France en 2002, présente l’Auvergne rurale au XIXe siècle (plus d’informations sur : www.riom-communaute.fr et tél. : 04.73.38.17.31.)

Site également à visiter : www.ville-riom.fr

En déambulant dans la ville, les visiteurs se rendront compte de la richesse patrimoniale et du passé historique de la ville. Riom méritait bien le qualificatif de « beau » tant par sa richesse artistique que par la présence des différentes institutions qui ont, depuis des siècles, façonné la vie de la cité.

Lire également :

© Jean-Michel Périn, Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP, 2007

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche