Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Souvigny, village clunisien

Situé en bocage Bourbonnais dans l’Allier, le village de Souvigny est célèbre pour son patrimoine religieux.

Au milieu du Xe siècle, des moines dépendant directement de l’abbaye de Cluny s’étaient installés aux alentours de l’actuelle église Saint-Pierre.

Auparavant, un ancêtre des Bourbons, Aymard, avait donné Souvigny, l’une de ses possessions, à un prieur de Cluny, Bernon. Un monastère venait d’être créé dans ce village de Bourgogne à la suite également d’une donation.

A la fin du Xe siècle, en 994, un religieux du nom de Mayeul, supérieur de Cluny, s’éteignit à Souvigny où il fut inhumé. Son ami, le roi Hugues Capet, viendra lui rendre hommage. Un tombeau et des miracles attribués à l’abbé, conduisent Souvigny à devenir un lieu de pèlerinage.

Afin de recevoir correctement les pèlerins, on construit ce qui deviendra plus tard le prieuré ; les travaux furent dirigés par Odilon, alors à la tête de l’abbaye de Cluny. À sa mort, ce dernier sera enterré aux côtés du supérieur Mayeul.

Dès lors, Souvigny devient un site religieux important sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle,  avec la consécration par le cardinal Pierre Damien et la visite du pape Urbain II.

Au cours du XIIe siècle, Souvigny, alors possession du duc de Bourbon, est délaissé au profit de Moulins.

L’évolution de Souvigny se fit autour de l’église prieurale et de sa dépendance à l’abbaye de Cluny.

A la Révolution, l’église prieurale est saccagée et les moines quittent définitivement Souvigny en 1792.

Un patrimoine  toujours présent

L’église prieurale Saint-Pierre et Saint-Paul à la nef voûtée, dont les arcades reposent sur des chapiteaux romans à motifs a été édifiée en 994. Sa vocation première était une église de pèlerinage. D’autres transformations auront lieu au cours des siècles, notamment au XIIe  et XIIIe siècles avec l’adjonction de bâtiments, au XVe siècle avec la restauration de l’église romane et enfin aux XVIIe et XVIIIe siècle  avec la construction du portail et de la sacristie en 1772.

Un orgue de François-Henri Clicquot, facteur du roi Louis XVI, fut ajouté à l’église en 1783, sur la tribune occidentale. Cet orgue, avec celui de la cathédrale de Poitiers, sont les deux seuls instruments du facteur royal intégralement conservés.

L’église abrite les tombeaux des ducs de Bourbon, avec leurs gisants, une pietà du XVe siècle en pierre polychrome.

L’armoire aux reliques, coffre de pierre du XVe siècle, sculpté, ciselé et peint, contient les reliques des saints Mayeul et Odilon.

La Bible de Souvigny, ouvrage du XIIe siècle, ornée d’enluminures et de miniatures est composée de 392 feuillets. Elle était dans l’église jusqu’à la Révolution. Elle est actuellement conservée à la Bibliothèque de Moulins (Allier).

  • La salle capitulaire de l’ancien monastère
  • Le musée Saint-Marc abrite la colonne du Zodiaque, ornée de sculptures du XIIe siècle, représentant les signes du zodiaque et un calendrier s’inspirant des travaux saisonniers pour figurer les mois.
  • L’église Saint-Marc, autrefois église paroissiale, a été transformée en auditorium.
  • Près de l’église Saint-Marc, s’élève la résidence des ducs de Bourbon. Ce château ou hôtel ducal dont on ne connait pas avec précision la date de construction, est composé de plusieurs bâtiments. Des aménagements eurent lieu au cours de siècles. Plus récemment en 1990, une partie fut consolidée et restaurée.
  • Jusqu’en 1979, Souvigny possédait une verrerie, créée en 1755 par ordonnance royale. L’École nationale du verre ouverte au lycée Jean-Monnet à Yzeure (Allier) en 1963, est en lien direct avec l’industrie du verre de Souvigny. A noter que l’école forme les futurs créateurs des cristalliers prestigieux comme Baccarat, Lalique, Saint-Louis…

La présence d’une verrerie royale s’expliquait par la proximité des matières premières : un gisement de houille près du village, exploité depuis le XVIe siècle, le sable de l’Allier, une exploitation calcaire à Saint-Menoux (Allier).

Des demeures anciennes viennent s’ajouter à l’harmonie architecturale du village.

Avec un peu moins de 2.000 habitants, Souvigny brille par ses richesses artistiques qui en font une destination touristique auvergnate incontournable.

Informations complémentaires sur : www.ville-souvigny.com

Lire également :

Photographie © Jean-Michel Périn, Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche