Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

Zak Laughed

Fan du Velvet Underground et de Johnny Cash, Zak Laughed sort son premier album à tout juste 15 ans. Rencontre avec le dernier-né de la scène clermontoise

 

Parlez de « phénomène », de « petit génie », de « Johnny Cash en miniature » et vous verrez s’assombrir un peu plus les grands yeux sages de Zak, déjà planqués sous sa casquette et sa grande mèche auburn. Car ce jeune musicien clermontois qui, à force d’entendre dire dans les médias qu’il a 14 ans, a fini par en coiffer 15, s’obstine à voir dans le buzz qu’il déclenche depuis quelques mois un enchaînement favorable d’événements, une belle histoire transposable sans remords en bon souvenir si tout était stoppé demain.

« Un jour, ça va s’arrêter, ils en prendront un autre », prédit-il d’ailleurs, philosophe. Pour autant, la machine n’a pas même l’air de vouloir freiner depuis ce jour de Noël 2005 où son oncle Nicolas lui a offert un ukulélé. « Son frère avait fait un an de saxo, sa sœur de l’accordéon, mais lui, rien », précisent Rémi et Blandine, ses parents et premiers spectateurs. C’est sous leurs yeux que s’est accomplie la métamorphose de cet enfant « lunaire, qui inquiétait les maîtresses » en songwriter repéré par J.D. Beauvallet, directeur adjoint des Inrockuptibles.

Armoire à disques

Pour lui, comme pour le reste de la fratrie, « l’armoire à disques avait toujours été ouverte », d’où son attirance pour le son des années 60 et 70, mais il avait fallu la découverte du ukulélé façon Dionysos pour que Zak se « prenne de passion pour ce petit instrument à quatre cordes et au chouette son » dont il a appris la pratique sur le Net. Et les passions se sont enchaînées : banjo, piano, puis orgue. « Quatre heures après qu’on ait installé l’orgue à la maison, il avait déjà retravaillé dessus un morceau des Beatles », se souvient son père. Zak qui est aujourd’hui en Première L2 au lycée Blaise-Pascal, option cinéma, balance côté avenir entre l’anglais et le grand écran. Ses chansons un poil tristes, cyniques ou bucoliques, sont donc selon leur auteur écrites « dans un anglais très scolaire, avec des mots extraits de [sa] propre culture anglo-saxonne : des chansons, des films… »

Zak, alias Zacharie Laughed (traduction littérale : « Zak a ri ») s’amuse, justement, de ce petit bricolage maison d’adolescent curieux et inventif. Et aussi gonflé : « Je me souviens de cette fin d’été 2007 où Zak, qui avait enregistré cinq petites chansons sur un CD pendant nos vacances dans la Drôme, avec du matériel prêté par un de nos copains, a pris le bus pour aller chez Denis Clavaizolle», se souvient son père. L’intéressé, gérant de Sophiane Productions qui a notamment découvert Cocoon, termine l’anecdote : « Il venait pour faire fabriquer son truc. J’ai trouvé la voix un peu cracra, mais j’étais déjà décidé à le faire bosser pendant deux ans, à lui apprendre le job tranquillement en attendant que sa voix mue. »

Mais le môme trépigne : « Un jour, raconte celui qui est devenu son réalisateur artistique et arrangeur, il m’a envoyé un mail où il avait écrit : « Je voudrais faire un album avant d’avoir la voix de Didier Wampas. » En août 2009 sort donc, après un temps raisonnable de travail, The Last Memories of my Old House chez 3e Bureau, sous-label de la prestigieuse maison Wagram. Mais Zak temporise illico : « C’est très familial, il y a seulement six personnes. Ils sortent peu de CD mais ils bossent bien dessus. »

Ainsi, ce fan du Velvet Underground a eu droit comme au bon vieux temps à une version vinyle de son album. Il en profite pour allonger la liste un peu courte que l’on donne en général de ses influences : d’accord pour Neil Young, Johnny Cash, Dylan, mais exhumons The Modern Lovers, The Pastels, Jesus and Mary Chain et leur rock noisy. « Je ne m’assois pas dans l’herbe pour jouer de la guitare… », commente l’ado qui se sent déjà à l’étroit dans la chemise à fleurs qu’on lui colle sur le dos. « J’ai hâte de faire beaucoup de concerts pour prouver que je sais faire du rock’n’roll. À la fin du dernier morceau que je joue avec mon groupe sur scène, je fais du bruit avec ma guitare pendant neuf minutes ! »

Groupe et solo

Zak découvre la joie de dire « nous ». Avec son frère Gus à la basse, Adrien, un ami de son frère, à la guitare et Yann, batteur des Elderberries, ils ont monté The Hobos Company, « du nom de vagabonds rejetés par la bonne société des années 30 ». Très marqués par les groupes indés des années 90, ils mixent mélodie pop, guitare western, énergie punk et basse folk. « Le solo me plaît autant que le groupe. En solo, on est plus libre, on choisit l’accord qu’on veut… En groupe, on peut faire un vrai concert de plus d’une heure ! » Mais, lycée oblige, les concerts ont lieu de toute façon uniquement pendant les week-ends et les vacances scolaires.

Dans ce qui lui reste de temps libre, Zak qui se la joue dilettante continue tout de même de bosser : « Il se donne des buts, confie son père. Ces deux derniers étés, il a travaillé sur des reprises des Beatles ». Et entre un plateau sur Canal+ et une interview au Parisien, il a peaufiné aussi vingt autres chansons qui n’attendent que d’être éditées. Seul obstacle qui pourrait à ce jour contrarier l’horloge bien réglée des échéances à venir : la mue de sa voix. Le sujet, au lieu d’inquiéter l’intéressé et son entourage, est devenu le suspens qui donne à cette success story sa véritable saveur. Suite à ce prochain épisode.

Zak Laughed en concert

- Vendredi 16 octobre : en première partie de Dionysos, au Centre culturel Valéry-Larbaud de Vichy
- Jeudi 22 octobre : dans le cadre du festival Les Automnales, aux Martres-de-Veyre
- Samedi 24 octobre : festival Ground Zero à Lille
- Dimanche 25 octobre : Le Botanique à Bruxelles
- Lundi 26 octobre : Le Rockhal à Esch Alzette (Luxembourg)
- Mardi 27 octobre : Bleu Lézard à Lausanne
- Vendredi 20 novembre : dans le cadre du festival Les Automnales, à Ambert
- Samedi 5 décembre : Les Bars en Trans à Rennes

Les 10 derniers témoignages

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche